Exposition du MRJC sur l'agriculture nov 2006

 

Novembre 2006 (Sources: Gildas Bellet, journaliste)

equipe MRJCUn voyage à travers quelques décennies de l’histoire agricole du canton de Corlay, orchestré par quelques jeunes, qui veulent aussi « donner une autre image ».

Une exposition consacrée à l’agriculture sur le canton, de 1945 à nos jours. Les jeunes du canton ont imaginé un voyage conduisant le public sur les traces du passé agricole local et sur son évolution… L'héritage des « anciens »

 « On n’a pas honte de venir du pays de Corlay, de notre origine agricole. » Les incompréhensions entre l’agriculture et le reste de la société, le fossé entre l’image véhiculée et la réalité professionnelle, dit Clémence, fille d’un éleveur de porcs, semble les ressentir fréquemment au travers de ses contacts avec d’autres jeunes, lorsqu’elle dit qu’elle est issue du milieu agricole. Étudiante à l’école d’infirmières de Saint-Brieuc, elle pointe que beaucoup «se permettent de juger sans connaître », avec des remarques parfois chargées d’une certaine dépréciation : « Une vision fausse et péjorative de l’agriculteur, qui vit à moitié en autarcie, n’est pas du tout moderne – voire avec un côté arriéré ». Si elle n’a pas fait le choix de la terre, elle y reste très liée, tout comme Emmanuelle, elle aussi fille d’agriculteur (élevage laitier), qui se destine à la profession d’assistante sociale – qu’elle aimerait d’ailleurs pouvoir exercer en milieu rural.
corlay_arrivee_courrier « Ici, la population est attachée à son territoire, à ses racines. Et, pour mieux comprendre nos origines, nous avons retroussé nos manches, travaillé à partir de livres, de témoignages, Les gens ont d’ailleurs bien ressenti notre projet. » Peut-être justement parce qu’il s’agit d’un travail local, de proximité, fondé sur la relation humaine et la rencontre, et éloigné des représentations que peuvent donner les médias, la publicité, les intermédiaires, de la réalité agricole.
«Fiers de notre origine agricole»
Un sabotier est venu parler de son métier et pris beaucoup de plaisir à rencontrer les anciens et les personnes clés de l’agriculture sur le canton.
C’est ce vécu agricole quotidien et son évolution depuis la Seconde Guerre mondiale que les jeunes ont tenu à faire connaître
au travers de leur exposition,  Un objectif également allié à la volonté d’animation, de dynamisation de la commune, et au désir que les générations précédentes transmettent ce qu’elles ont vécu. 

corlay_eglise

Pour l’occasion, la salle des fêtes a été aménagée en divers espaces: des panneaux explicatifs reprenant l’évolution des techniques agricoles, l’histoire des groupes de développement, du syndicalisme,  a vie des agricultrices, la famille, l’école… voisinent avec nombre d’outils, d’objets, de livres, photos anciennes et documents collectés auprès de la population du canton.   Un monde rural qui est encore en train de bouger, et ça vaut pour Corlay.

Corlay _ le pont Les gens construisent, reconstruisent et c’est porteur d’avenir. Un monde rural renouvelé, qui sera peut-être aussi moinsagricole, c’est dans l’ordre des choses. » Si l’agriculture représente une activité économique importante de la commune, la chute des exploitations en quelques décennies y a été conséquente. En 1962, on en comptait 59 ; il n’en reste que 11 en 2006 (dans le canton, sur cette même période, on est passé de 397 à 56 exploitations). Volonté d’agrandissement, mouvement de concentration, frénésie de développement: l’évolution a été rapide. Jean Le Pomelec, maire de Plussulien, vice-président de la communauté de communes du Pays de Corlay, en retrace les principales étapes:
corlay_grand rue «Dans les années suivant la guerre, il a fallu nourrir la France. Puis, une autre agriculture est venue, exportatrice.» Production intensifiée, mécanisation et progrès techniques constants – un panneau de l’exposition s’intéresse par exemple à l’arrivée des tracteurs à quatre roues motrices dans les corlay_lavandièresannées 70: engouement de certains agriculteurs, réserve de certains autres qui craignent de voir la terre « massacrée » en conditions humides…
« Aujourd’hui, l’agriculture doit être totalement en phase avec la société civile, avec la demande de sécurité alimentaire et sanitaire, le bien-être des animaux...» Des défis successifs, qui ont accéléré les changements, multiplié les exigences et les
contraintes…

 - Deux rues, la rue au Lin et la rue du Fil qui évoquent des activites exercées autrefois à CORLAY.