Le château de Botcozel

Le château de Botcozel a été construit au XVI ème Siècle par les De Guergorlay (ou Kergorlay). En 1513, Guillaume, cadet de Kergorlay, veut exempter du fouage la tenure de Botcozel. Ce château est passé par alliance aux Gouicquet (1568), De Méliant et aux d' Aviau de Ternay, l'actuel propriétaire.Chateau de Botcozel Haut Corlay

En 1598, Catherine de Guergorlay épousa  Abel Gouicquet, sénéchal de Corlay. Celui-ci reprit le château de Corlay qui était entre les mains du Baron de la Fontenelle, véritable bandit. Il mourut le 30 janvier 1624..

A partir de cette époque, Botcozel ne semble pas avoir été habité par ses seigneurs, mais s'est transmis héréditairement des Gouicquet aux Méliant...

Logis porte , de plan carré, il est flanqué de deux tourelles. La disparition de son couronnement originel lui a fait perdre une momumentalité que l'on peut aisément restituer en imaginant de hauts toits percés de lucarnes à pignons ornés. L'édifice donne accès à une vaste cour autrefois close, flaquée de tourelles. Le blason mutilé des Kergorlay figure au dessus du portail.

Puits du 17ème

De nos jours, ce manoir est célèbre grâce à son grand fest noz annuel en plein air, organisé à chaque Pentecote, par les associations locales. De nombreux danseurs y viennent de très loin, danser le "Plinn" ou le "Scottich".


LE MANOIR DE BOTCOZEL (par Henri QUEFFELEC et Albert LE COINVEC)

Bocozel ou Botcozel?

La carte d'état-major, après de la Messelière, donne Bocozel, mais Gaultier du Mottay, précédemment, écrivait Botcozel, orthographe qui rend mieux compte de l'origine bretonne. La même carte d'état-major (VIII-I7) indique aux environs immédiats de son Bocozel une ferme au nom de Le Bot qui devait être une dépendance du manoir. Nous avons donc opté pour Botcozel.

Botcozel est sis en Bretagne intérieure, entre Quintin au nordet et Gouarec au suroît, dans une région aujourd'hui relativement pauvre et d'où l'on a beaucoup émigré. Sa commune est  Le Haut-Corlay, qui jouxte au sud Corlay son chef-lieu de canton, ville autrefois active , et que protégeait un grand château fort.

Construit aux XVe-XVIe siècles, Botcozel s'élève dans le nordet de son bourg, sur un plateau irrégulier, en retrait de la nationale 790, et comme au milieu des champs. On peut le gagner par un chemin qui laisse la nationale, à sept cents mètres dans le nord, face à une vieille chapelle de la Croix bâtie au XVIIIe siècle par son seigneur de l'époque, lequel s'y fit enterrer. Sur la pierre d'enfeu était creusée l'inscription: « Hic jacet qui me aedifieavit. »' .

Botcozel, en son temps de floraison, dut être une demeure importante et qui justifiait l'appellation de château. Il était entouré de douves. Certains supposent qu'il abrita une Commanderie des Chevaliers de Malte. Il ne reste plus guère, comme signes de cette vigueur, que les trois tours -- les deux qui entourent le porche, en excellent état, plus une :tour de l'ancienne enceinte qui n'a plus son toit, - elles constituent un morceau d'une grande beauté, auquel s'attache intensément la poésie des ruines.

Botcozel, propriété des de Kergorlay (dont le blason se lit à la chapelle de la Croix), passa aux Gouicquet, aux de Mélient ct aux el' Aviau de Ternay. Il est aujourd'hui habité en ferme.

Javascript est requis pour visualiser cette carte.